Trois formes d’abondance

En composant cette lettre du vendredi, je souhaite que ce moment d’introspection te soit profitable, tout autant qu’il l’a été pour moi.

Cette semaine, j’ai cultivé l’abondance.

Dans le passé, j’associais automatiquement ce mot à l’argent ; toutefois, j’ai compris récemment que l’abondance, c’est bien plus que cela.

Flashback juillet 2022

Alors que mon entreprise était plutôt florissante, en juillet 2022 tout a stoppé net. Mes webinaires récoltaient de moins en moins d’inscriptions, et bien que je proposais de nouveaux services, aucun client ne se pointait à l’horizon.

Pourtant, j’appliquais à la lettre la recette des experts, et jusque-là j’arrivais à vivre de mon activité.

Qu’est-ce qui clochait?

Après bien des tourments, je me suis finalement résignée ; j’ai cessé les webinaires et j’ai réduit ma présence sur les réseaux sociaux. Il était devenu évident que je ne faisais que m’épuiser à la tâche, et je décidai qu’il ne servait à rien de m’acharner.

(Néanmoins, j’étais inquiète car je venais tout juste de signer un contrat avec les développeurs de l’application Guerrier Zen, et les factures n’allaient certainement pas se payer toutes seules!)

Même si je savais au fond de moi que j’avais pris la bonne décision, j’étais sous le choc ; depuis des années, mon travail était toute ma vie. Mes projets me nourrissaient, et je vivais pour mes projets. J’aimais le rush d’adrénaline provoqué par le sentiment d’avoir un impact positif dans ma communauté.

Le calme plat, très peu pour moi.

Dans les premiers temps, j’ai cherché par tous les moyens à me donner une direction. J’avais toujours su où je m’en allais ; or cette fois, j’étais face au néant, et une énorme facture allait bientôt atterrir dans ma boîte de courriels.

Plusieurs fois par jour, mon instinct me disait que je devais absolument faire quelque chose. Puis, un matin, fatiguée de ramer à contre-courant, je me suis simplement demandé : “qu’est-ce qui me ferait plaisir aujourd’hui?”

Si je ne pouvais plus rien faire, y avait-il un moyen d’être heureuse? Qu’est-ce qui me procurait de la joie? 

Consternée, je réalisai que je ne savais pas vraiment.

Cherchant des réponses, petit à petit je me suis mise à me balader dans les parcs de Montréal, à lire des livres que je ne trouvais jamais le temps de lire, à siroter des matcha latte dans les cafés du quartier, à revoir des amis négligés depuis longtemps.

Bref, je me suis mise à flâner, à rire, à rêver.

Quelque chose que je m’étais rarement permis dans ma vie, m’étais-je fait la réflexion.

Au fil du temps, je constatai que même si j’avais l’impression de ne rien faire, le ciel ne m’était pas encore tombé sur la tête. Un peu plus détendue, j’entrepris d’explorer des idées nouvelles et d’approfondir mes connaissances sur des sujets qui me passionnaient.

Durant cette période, j’ai souvent eu l’impression d’entrer dans une sorte de transe, où je recevais des intuitions : inspirée, je m’étais mise à prendre des notes, à dessiner et à élaborer de nouvelles façons d’enseigner.

Complètement absorbée par un quotidien qui désormais m’enchantait, j’ai mis du temps à réaliser que de nouvelles inscriptions étaient entrées. Début septembre, l’école du Guerrier Zen comptait quinze étudiants, et dans mon compte bancaire se trouvait le montant nécessaire pour payer la facture tant redoutée.

Arriva décembre, et à la simple application mobile que j’avais voulu développer s’étaient greffés un portail web pour les coachs et des rapports de profil automatisés ; tout cela, né de balades dans les parcs, entrecoupées de notes griffonnées dans les cafés, à rêvasser sur ce que j’avais réellement envie de créer.

Cette aventure m’a enseigné que la joie est une forme d’abondance, et qu’elle peut conduire à l’affluence matérielle.

Retour au présent

Résolue à faire renaître la joie dans ma vie, après cet épisode j’ai cru que tous mes problèmes étaient résolus.

Pourtant, malgré mes efforts, j’avais l’impression que mon corps n’acceptait pas de ressentir la joie. Face à un pépin, la frustration prenait le dessus rapidement ; les imprévus me stressaient, et si le ciel était au beau fixe, mon cerveau imaginait des problèmes.

Comment faire pour changer cela?

C’est alors que je découvris une troisième forme d’abondance : 

Le temps.

La frustration naît de ma croyance que je dois régler mon problème rapidement. Le stress naît de ma croyance que je dois terminer dans les temps. La déception naît de ma croyance que je dois performer au bon moment.

Pour ressentir de la joie, je dois m’offrir du temps.

Cette semaine, j’ai choisi de cultiver l’abondance de temps : j’ai pris soin d’exécuter une tâche à la fois, j’ai prévu des moments pour me reposer, je me suis permis de m’amuser. Cette semaine, je me suis sentie plus libre, libre de savourer l’instant présent.

Aujourd’hui, je comprends que l’abondance véritable naît de la combinaison de trois éléments : 

1) Les ressources (le matériel, le talent, l’argent)
2) Le temps (se libérer du temps, s’offrir du temps)
3) La joie (se faire plaisir, profiter et apprécier)

En observant les profils 3EES, j’ai remarqué que chacun avait ses préférences : alors que l’état d’esprit Conquérant (instinctif) a tendance à valoriser l’abondance des ressources, l’état d’esprit Architecte (rationnel) aime se donner du temps pour réfléchir et créer. Quant à l’état d’esprit Héros (émotionnel), il tend à faire des choix en fonction du plaisir que cela pourrait lui procurer.

Bien que les trois éléments soient essentiels à notre bien-être, nos préférences pourraient nous amener à valoriser certains aspects et à en négliger d’autres.

Le secret, c’est de trouver l’équilibre.

Alors, qu’en est-il pour toi? Parmi les trois formes d’abondance, y en a-t-il une que tu aimerais valoriser davantage? 

Si oui, je t’invite à faire un pas et rétablir l’équilibre, afin que tu puisses recevoir toute l’abondance à laquelle tu as pleinement droit.

Bon vendredi à toi,
Guylaine

Crédit photo : Oleksandr Kurchev sur Unsplash

C’est toi qui décide

Aujourd’hui, j’en suis au jour #24 de l’écriture de mon livre. Dans une lettre de janvier intitulée La constance (disponible…

L’heure du choix

Bien le bonjour à vous ! « La Vie est une question à choix multiples » Sonia Lahsaini Figurez-vous que le choix de…

Le perfectionnisme

Hier matin en sortant de chez moi, je me suis demandé ce que j’allais écrire cette semaine. J’ai demandé -…

La constance

Encore une fois, je m’assieds derrière mon clavier pour écrire la lettre du vendredi, devenue pour moi une forme d’introspection,…

Se comparer aux autres

J’espère que tu as passé une belle semaine. Hier matin au réveil, je me suis rappelé une histoire zen que…

Guylaine

Préparatrice mentale et coach sportif depuis 30 ans, j’accompagne les individus dans l’élaboration de stratégies mentales favorisant l’équilibre, le bien-être et la performance afin que chacun puisse s’accomplir et s’épanouir dans tous les domaines de vie.