Le perfectionnisme

Hier matin en sortant de chez moi, je me suis demandé ce que j’allais écrire cette semaine. J’ai demandé – à l’univers, à mon intuition – de m’envoyer un signe. 

Au même moment, un gros camion avec le mot Idéal affiché sur la carrosserie a défilé devant moi.

De retour à la maison, je me suis plongée dans un roman où le personnage principal, directeur d’une entreprise, passait sa journée à repasser derrière son équipe et corriger la moindre erreur.

Entre deux chapitres, j’ai laissé mon livre et je me suis rendue à la cuisine pour préparer les crêpes à déjeuner du lendemain. La première a collé au fond de ma poêle et est ressortie en miettes ; alors que j’allais prendre une bouchée, j’ai arrêté mon geste ; ce n’était pas bien de manger entre les repas, m’étais-je réprimandée en déposant ma crêpe imparfaite dans l’assiette.

Les crêpes soigneusement empilées et la cuisine rangée, j’ai jeté un coup d’oeil à mon téléphone et je me suis mise à rouspéter ; on me demandait d’écrire un message à des parents d’élèves pour les informer d’une activité que je n’avais pas organisée, en utilisant un logiciel que je ne connaissais pas.

J’avais déjà reporté la tâche trois fois : et si je me trompais dans les informations? Et si je n’envoyais pas aux bonnes personnes? Je m’imaginais recevoir une question à laquelle je n’aurais pas de réponse, ou une critique parce que j’avais mal compris ce qu’il fallait faire.

Franchement désagréable.

Juste à y penser, je me sentais de plus en plus démotivée. J’ai fini par m’y mettre, mais après avoir longtemps procrastiné!

Ce n’est qu’en soirée, installée devant une série télé, que j’ai réalisé que j’avais reçu ma réponse :

J’allais écrire sur le perfectionnisme.

Il y a quelques années, j’ai lu un livre qui m’avait plu sur ce sujet. (L’apprentissage de l’imperfection, de Tal Ben-Shahar.) L’auteur parlait de son expérience du perfectionnisme, et décrivait ses stratégies personnelles pour s’en libérer.

Néanmoins, après ma lecture, je me questionnais encore : 

C’est quoi exactement, le perfectionnisme?

Chercher à être parfait?
Vouloir faire parfaitement?
Être minutieux, s’inquiéter des détails?

Je n’arrivais toujours pas à me représenter clairement ce que cela signifiait.

Comme souvent lorsque je me pose une question plutôt philosophique, je me suis intéressée aux trois centres d’intelligence : y aurait-il plusieurs formes de perfectionnisme?

Au fil du temps, j’en ai distingué trois, et je leur ai donné des noms :

Le perfectionnisme procédural,
lié au centre rationnel,
où je recherche l’exécution parfaite,
et où j’évite l’erreur et l’incompétence.

Le perfectionnisme moral,
lié au centre instinctif,
où je recherche l’éthique parfaite,
et où j’évite de « mal agir ».

Le perfectionnisme sensitif,
lié au centre émotionnel,
où je recherche le ressenti parfait,
et où j’évite les émotions désagréables.

Au final, quelle que soit la forme de perfectionnisme qui s’exprime en nous, l’intention est d’éviter l’imperfection, soit dans la tâche, le comportement ou le ressenti.

Hier, j’ai procrastiné, parce que j’ai voulu la perfection. 

Ne sachant pas comment m’y prendre avec le logiciel, ma peur de commettre des erreurs m’a plongée dans un tourbillon de questions. Puis, les émotions désagréables provoquées par mon imagination débordante m’ont dissuadée plusieurs fois de passer à l’action. Enfin, la délicieuse crêpe qui aurait pu rendre mon expérience plus joyeuse et agréable est devenue persona non grata lorsque je me suis mise à me critiquer pour mon manque de discipline!

Aujourd’hui, je comprends qu’à certains moments, tolérer les émotions inconfortables est nécessaire pour avancer vers mes buts ; accepter que je peux me tromper est une condition pour oser entrer en action ; et choisir d’accueillir ma nature humaine avec ses vertus mais aussi ses faiblesses est essentiel pour m’épanouir dans mes activités.

Qu’en est-il pour toi?

Es-tu familier(ère) avec l’une ou l’autre des trois formes de perfectionnisme? Si oui, y a-t-il des moment où tu te sens bloqué(e), ou ralenti(e) par ton désir de perfection?

Le perfectionnisme a des bons et des moins bons côtés ; si ce message t’interpelle, je t’invite à te libérer de la part de perfectionnisme en toi qui t’empêche de t’exprimer, et à ne conserver que celle qui t’incite à exceller.

Bon vendredi à toi,
Guylaine

C’est toi qui décide

Aujourd’hui, j’en suis au jour #24 de l’écriture de mon livre. Dans une lettre de janvier intitulée La constance (disponible…

L’heure du choix

Bien le bonjour à vous ! « La Vie est une question à choix multiples » Sonia Lahsaini Figurez-vous que le choix de…

Le perfectionnisme

Hier matin en sortant de chez moi, je me suis demandé ce que j’allais écrire cette semaine. J’ai demandé -…

La constance

Encore une fois, je m’assieds derrière mon clavier pour écrire la lettre du vendredi, devenue pour moi une forme d’introspection,…

Se comparer aux autres

J’espère que tu as passé une belle semaine. Hier matin au réveil, je me suis rappelé une histoire zen que…

Guylaine

Préparatrice mentale et coach sportif depuis 30 ans, j’accompagne les individus dans l’élaboration de stratégies mentales favorisant l’équilibre, le bien-être et la performance afin que chacun puisse s’accomplir et s’épanouir dans tous les domaines de vie.